Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ame Vietnamienne - Em là cô gái Pháp mà hồn em là người Việt
  • Ame Vietnamienne - Em là cô gái Pháp mà hồn em là người Việt
  • : Passionnée par le Vietnam, et ses chansons aux textes si poétiques ... Aujourd'hui c'est par le chant que j'aime exprimer tout mon amour pour ce pays... J'espère à travers mes chansons, vous faire rêver et voyager à travers le Vietnam ...
  • Contact

Message De l'Auteur

Faire connaissance


Love singing and performing
Vietnamese music

Niềm Đam Mê Âm Nhạc

HoaMai.gif
Localisation PARIS - FRANCE - PHÁP

Pour m'écrire  :
Mail : hongtuyet3@gmail.com

Passionnée depuis toujours par le Vietnam, et ses chansons aux textes si poétiques ...
 
Aujourd'hui c'est par le chant que j'aime exprimer tout mon amour pour ce pays...

J'espère à travers mes chansons, vous faire rêver et voyager à travers le Vietnam ...
J'ai crée ce blog afin de partager mon amour pour le Vietnam...
ma passion pour les chansons Vietanmiennes que j'aimerai faire connaître autour de moi ...

HoaMai.gif

Pour me suivre :

Ma Page Facebook

 

Rechercher - Tìm Kiếm

Visiteur(s) en Ligne

Horloges

Heure de Saigon



Heure de Paris





Sách vàng - Livre d'Or

Si vous avez une question à me poser ... Une suggestion une idée à partager ... Voici mon livre d'or que je vous invite à signer...De tout coeur Merci...

Geo-Visite

free counters
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 00:13

Tous les matins, dès l'aube, Da Trang le chasseur quittait sa paillote et s'enfoncait dans la foret, avec son arc et ses flèches, pour ne rentrer que le soir, avec les bêtes qu'il avait tuées.

Dans la journée, il lui arrivait de passer devant un sanctuaire et de rencontrer dans les environs deux serpents noirs tachetés de blanc. Au début, il en avait peur, mais comme ils ne lui faisaient aucun mal, il s'habitua vite à leur présence ; il finit par comprendre que c'étaient des serpents-génies, et déposa régulièrement du gibier au pied de l'autel.




Un jour, en s'approchant, Da Trang entendit un grand bruit de feuilles et d'herbes fouettées. Il accourut et, voyant les deux serpents noirs attaqués par un serpent jaune bien plus gros qu'eux, il prit son arc et tira sur ce dernier, qui fut blessé à la tête et s'enfuit. L'un des deux serpents noirs se lanca à sa poursuite, tandis que l'autre, grièvement mordu, mourut peu après. Da Trang l'ensevelit soigneusement derrière le sanctuaire.



La nuit, un génie lui apparut et lui dit :
''Vous m'avez sauvé des crocs de mon ennemi et vous avez rendu les derniers devoirs à ma femme. Voici le témoignage de ma gratitude. ''

Et Da Tràng vit le génie se transformer en un serpent : il ouvrit largement sa gueule et laissa tomber une perle qui luisait dans la nuit.

Da Trang avait toujours entendu dire que la possession d'une perle de serpent génie permettait aux hommes de comprendre le langage des animaux ; il la mit donc dans sa bouche le lendemain matin avant de partir en chasse.



À peine entré dans la foret, il entendit une voix qui descendait d'un arbre :
''A droite, à deux cents pas, qui voit un daim ? A droite, à deux cents pas, qui voit ?''

C'était un corbeau qui le conseillait ainsi; Da Trang l'écouta et, quand il eut abattu sa proie, l'oiseau cria :

''N'oubliez pas ma récompense ! N'oubliez pas !''

Da Trang s'apercut que de son côté le corbeau le comprenait. À sa question ''Que veux-tu ?'' l'autre répondit : ''Les entrailles ! Seulement les entrailles !''

Da Trang ne manqua pas de s'acquitter. Le lendemain, le corbeau revint et le renseigna de nouveau, et c'est ainsi qu'ils devinrent associés, Da Trang prenant toujours soin de déposer en un endroit convenu la part de son compagnon.

Un jour, cette part fut dérobée par quelque bête avant l'arrivée du corbeau. Celui-ci crut à un oubli de Da Trang et vint se plaindre chez lui. L'homme protesta, tous deux finirent par se disputer ; le corbeau se mit insulter Da Tràng, et celui-ci, dans sa colère, lui décocha une flèche empoisonnée. Mais l'oiseau sut l'éviter et, s'envolant à tire-d'aile, il ramassa la flèche à l'endroit où elle était tombée, criant:

''On se vengera ! On se vengera !''


Quelques jours après, Da Tràng fut arrêté : on avait découvert sur le corps d'un noyé la flèche empoisonnée marquée à son nom. Malgré ses protestations, il fut jeté en prison.

Quelqu'un qui fut bien étonné, ce fut le geôlier de notre chasseur : il l'entendit rire et parler tout seul. Il le crut fou, alors que Da Tràng causait tout simplement avec les bestioles de sa cellule, priant les moustiques et les punaises de ne pas le piquer, ou répondant à leurs appréciations sur la peau des prisonniers qui l'avaient précédé dans ces lieux...



Une fois, il surprit une conversation entre qui racontaient comment plusieurs des greniers royaux, mal gardés, avaient été vidés par eux. Da Trang demanda immédiatement à voir le gouverneur de la prison. D'abord sceptique, ce dernier finit par signaler le fait et l'on s'apercut que Da Trang n'avait pas menti.

Peu après, des fourmis qui transportaient en hâte leurs oeufs et leurs provisions dans les endroits élevés, interrogées par Da Trang, lui annoncèrent qu'une grosse crue était imminente.

Prevenu, le gouverneur s'empressa cette fois d'en référer au roi, qui fit prendre d'urgence les mesures nécessaires. Trois jours plus tard, les eaux du grand fleuve montèrent rapidement et débordèrent, inondant d'immenses régions. * Le roi fit alors venir Da Tràng. Il apprit de sa bouche toute la vérité, depuis l'histoire des serpents jusqu'à la vengeance du corbeau, et put examiner la perle miraculeuse. Émerveillé, il vit immédiatement tout le parti qu'il pouvait en tirer dans l'intérêt général. Il comptait aussi découvrir pour son compte plus d'un secret de la nature et des merveilles ignorées du reste des hommes. Mais il ne voulut pas priver Da Tràng de sa perle et le garda près de lui, le consultant souvent, se faisant répéter tout ce qu'il entendait.


Da Tràng vécut ainsi heureux entre son roi et les animaux de toute sorte, depuis les plus petits jusqu'aux plus grands, ceux qui volent, ceux qui marchent, ceux qui rampent. Au début, le roi se passionnait pour ces conversations, et y consacrait. une bonne partie de son temps. Il s'apercut que les bêtes ne sont pas aussi simples qu'on le croit, que les hommes ont tort de les mépriser, à moins de se mépriser aussi eux-mêmes car elles leur ressemblent étrangement et chaque espèce forme un monde avec ses absurdités, ses cruautés et ses misères, tout à fait comparables à celles qui ornent les sociétés humaines.

Puis il se lassa vite d'écouter ces bavardages. Dans l'espoir d'autres découvertes, il emmena Da Tràng avec lui dans de longues promenades en mer. Ils interrogèrent les poissons les plus divers, mais là encore, les entretiens intéressants étaient rares, et le roi ne tarda pas à constater que, tout comme les animaux de la terre, les habitants des eaux parlaient le plus souvent pour ne rien dire ou seulement pour faire du mal.


Par un beau matin de printemps, laissant Da Trang se reposer à l'ombre d'une voile, le roi suivit des yeux les ébats d'une bande de dauphins. La brise ridait le calme visage de la mer, ensoleillée et faisait courir des paillettes éblouissantes.

Tout à coup, Da Tràng prêta l'oreille et se pencha au-dessus de l'eau : une seiche nageait à côte de la barque royale et, tout en nageant, elle chantait d'un air joyeux :


Nuage, nuage blanc,
Qui nage, nage, lent,
Dans les eaux bleues du ciel.

C'était si drôle, cette seiche qui chantait en se balancant en cadence, presque à la surface, que Da Tràng éclata de rire : la perle glissa de sa bouche et tomba dans la mer.


L'émotion du roi fut vive, sans égaler le désespoir de Da Tràng. On nota l'emplacement, fit venir les meilleurs plongeurs du royaume, mais leurs recherches furent vaines, comme on pouvait le prévoir.

Si le roi en éprouva des regrets sincères, ils ne furent pas durables : il avait ses occupations et d'autres distractions. Mais Da Tràng, lui, demeura inconsolable. Il y pensa jour et nuit, ne prit plus gout à rien, et malgré les bontés du monarque, qui n'oubliait pas les services rendus, il pleurait sans fin l'irréparable perte.

A force de retourner dans son cerveau affaibli les moyens de retrouver son bien, il concut l'idée de combler la mer. Il rassembla toute une armée d'ouvriers, qui chaque jour déversèrent sur la plage des centaines de charrettes de sable. Le roi le laissa faire d'abord par indulgence. Puis il dut arrêter la tentative insensée.

Da Tràng se rongea et mourut sans avoir recouvré toute sa raison. Il exigea d'être enseveli à l'endroit même où il surveillait les travaux de comblement, face à la mer qui lui avait ravi son trésor.


Quand vous serez au bord de la mer, allez sur la plage, de bon matin, à la marée descendante ; vous y remarquerez d'innombrables petites boules de sable c'est l'oeuvre des crabes da-tràng, qui pullulent sous vos pas et qui, à la moindre alerte, disparaissent dans leurs trous. À l'aide de leurs pinces, ils roulent très rapidement le sable en boule, mais une seule vague suffit pour détruire tout leur travail. lls recommencent à creuser et à rouler, infatigables, amassant pour le temps qui dure jusquà la vague suivante.

On dit que l'âme inconsolée de Da Tràng, passée dans ce peuple de crabes minuscules, ne cesse de penser à la perle magique et poursuit sa tentative de combler la mer.


Da Tràng xe cat bê dông
Nhoc minh mà chang nên công can gi.
. . . . . . . . .
Le da-tràng charrie du sable dans la Mer de l'Est
Il peine et se dépense pour un résultat nul.




Ce proverbe en deux vers est cité chaque fois qu'on voit un homme se lancer dans une entreprise impossible, oubliant la mesure de ses forces et sa pauvre condition humaine. Nous disons encore plus brièvement : công da tràng, peine, labeur de da-tràng, pour qualifier des efforts dépensés en pure perte, et qu'on aurait pu s'épargner, avec un peu de sagesse et de modération.

Partager cet article

Published by HongTuyet - dans Légendes Vietnamiennes
commenter cet article

commentaires

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -