Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ame Vietnamienne - Em là cô gái Pháp mà hồn em là người Việt
  • Ame Vietnamienne - Em là cô gái Pháp mà hồn em là người Việt
  • : Passionnée par le Vietnam, et ses chansons aux textes si poétiques ... Aujourd'hui c'est par le chant que j'aime exprimer tout mon amour pour ce pays... J'espère à travers mes chansons, vous faire rêver et voyager à travers le Vietnam ...
  • Contact

Message De l'Auteur

Faire connaissance


Love singing and performing
Vietnamese music

Niềm Đam Mê Âm Nhạc

HoaMai.gif
Localisation PARIS - FRANCE - PHÁP

Pour m'écrire  :
Mail : hongtuyet3@gmail.com

Passionnée depuis toujours par le Vietnam, et ses chansons aux textes si poétiques ...
 
Aujourd'hui c'est par le chant que j'aime exprimer tout mon amour pour ce pays...

J'espère à travers mes chansons, vous faire rêver et voyager à travers le Vietnam ...
J'ai crée ce blog afin de partager mon amour pour le Vietnam...
ma passion pour les chansons Vietanmiennes que j'aimerai faire connaître autour de moi ...

HoaMai.gif

Pour me suivre :

Ma Page Facebook

 

Rechercher - Tìm Kiếm

Visiteur(s) en Ligne

Horloges

Heure de Saigon



Heure de Paris





Sách vàng - Livre d'Or

Si vous avez une question à me poser ... Une suggestion une idée à partager ... Voici mon livre d'or que je vous invite à signer...De tout coeur Merci...

Geo-Visite

free counters
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 21:59
Film/Reportage : Vietnam Paradiso de Julien Lahmi et Ali Benkirane

Le Film

Julien est né à Paris. Sa mère, elle, est née à Hanoï et sa grand-mère est petite fille de métisse. Bien que très lointaines, Julien, à 20 ans, se sent tout à coup envahi par un besoin irrépressible de renouer avec ses origines maternelles. Poussé par l’amour du cinéma, il monte un cinéma ambulant au Vietnam avec une petite équipe. Ils parcourront le Vietnam du Sud au Nord en camionnette pour organiser des projections et des ateliers réalisation de films d’animation dans les orphelinats.

En adoptant la forme du récit autobiographique, du film-je, au croisement du documentaire et de la fiction, Julien Lahmi et Ali Benkirane ont réalisé un film touchant et vrai.

Vietnam Paradiso se donne comme le carnet de bord intime d'une aventure menée par une équipe de jeunes professionnels du cinéma de mars à juin 2000 au Vietnam. Le film rend compte de cette expérience en présentant non seulement le déroulement des ateliers et leur produit, mais également les obstacles rencontrés, ou les conditions de vie des enfants dans les orphelinats. La force de ce témoignage vient de ce qu'il est assumé par un énonciateur identifié. »

« Le point de vue est ici revendiqué par Julien Lahmi, l'instigateur du projet. Présent à l'écran ou en voix-off, il nous restitue sa perception des événements, ses motivations, ses doutes, tels qu'il les a décrits au jour le jour dans son carnet de voyage. Le propos possède ainsi une profonde sincérité. »

« Il révèle au spectateur les préoccupations d'un jeune homme alors âgé de vingt- deux ans et dessine un parcours initiatique qui conduit le narrateur à se dégager (peut- être) de sa propre enfance. »

« Quant au traitement de l’image, entre les prises de vue sobres des interviews, les ralentis précieux, les paysages se déroulant, les somptueux clichés noir et blancs ou les insertions de films d'animation, elle fait preuve d'une imagination touche-à-tout et d'un plaisir de tourner propres aux talents encore jeunes. »

Marine Chabrol

Film/Reportage : Vietnam Paradiso de Julien Lahmi et Ali Benkirane
Film/Reportage : Vietnam Paradiso de Julien Lahmi et Ali Benkirane

Partager cet article

Published by HongTuyet - dans Cinema - Litterature
commenter cet article
24 mai 2011 2 24 /05 /mai /2011 01:45

SurPlace.gif 

Loan a quitté le Vietnam depuis vingt ans.


Quelle raison pousse aujourd'hui la jeune femme à retourner dans son pays natal ? Retrouver sa famille qu'elle a perdue de vue ? Visiter la terre de son enfance, dont elle garde la nostalgie ? Ou fuir un quotidien où elle ne se reconnaît plus ? Tandis qu'elle arpente pas à pas ce Vietnam devenu étranger, resurgissent pêle-mêle des souvenirs longtemps occultés. Au fil des rencontres et des fragments épars de vies blessées qui lui sont dévoilés, elle reconstruit morceau par morceau sa propre histoire, en même temps qu'elle recompose - violente et tumultueuse - celle de son pays.


Des avenues ombragées de Saigon aux trottoirs populeux de Hanoi, des collines brumeuses de Sapa aux palais abandonnés de Huê, son parcours l'entraîne de plus en plus loin, de plus en plus profond dans le passé, jusqu'au secret enseveli au fond de sa mémoire.  

 

Un roman très sensible qu'il ne peut surment être que biographique, j'ai beaucoup aimé son style,  la lenteur du récit et les images pleines de détails et de descriptions qui nous emmene dans les lieux comme si nous les connaissions.

 

Un livre sur l’identité et l’ambivalence des racines, qui à la fois attaches et entraves. Tout comme Loan, l’héroïne je connais l’insatisfaction et la déception qui la devance constamment. Je partage sans mal ses émotions : colère et impuissance ... Rejeté et jugé par les siens, prisonnière de son apparence !!

J'ai le sentiments d'avoir bien que n'étant pas moi même éxilée, vécu  et ressenti tous les sentiments qu'a pu éprouver Loan au cours de son périple.

Beaucoup de passages m'ont émus et mit les larmes aux yeux...  Savoir qui l'ont est dans le regard des autres et savoir qui l'on est soit même c'est un peu aussi mon dilème, trop Vietnamienne pour les Français et Française pour les Vietnamiens !!

 

J'ai beaucoup aimé son style,  la lenteur du récit et les images pleines de détails et de descriptions qui nous emmene dans les lieux comme si nous les connaissions.

 

J'ai tellement aimé ce livre ... qui est vraiment un coup de coeur .... que je n'hésiterais donc pas à le recommander. 


FLeursBleuLigne.gif

Partager cet article

Published by HongTuyet - dans Cinema - Litterature
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 14:56
En visionnant d'anciennes VHS je suis tombée sur  ce court métrage diffusé par Arté ... je le trouve bien fait, certaines scénes de fond sont issu d'un film tourné au Vietnam alors que les personnages principaux sont déssinés, le tout est assez étonant...


Par curiosité regardez  ce film, il dure 15 mn

Le titre est : Xin Chao Ong Chu - Bonjour Mr Chu
Réalisé par : Francois Leroy et Stéphanie Lansaque



XinChaoOngChu_CourtMetrage
envoyé par HongTuyet

Synopsis :

Hai, un petit garçon qui vit avec sa mère et ses grands-parents attrape un oiseau. Duong Lê, conducteur de cyclo-pousse et ami de la famille, promène une carpe dans les rues de Saïgon et les rizières du Mékong pour le compte du mystérieux Monsieur Chu. Dans tout le Vietnam, on s'apprête à célébrer Trung N'Guyen, la fête des âmes errantes. Pour honorer les âmes des défunts oubliés, certains offriront des fleurs, du riz, brûleront de l'encens, d'autres libéreront des animaux. Cette nuit-là, à la lueur des lampions, Hai et Duong Lê promèneront une dernière fois la carpe et l'oiseau..

Partager cet article

Published by HongTuyet - dans Cinema - Litterature
commenter cet article
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 15:42
KimVanKieu.JPG
Depuis toujours l'oeuvre majeure de la littérature Vietnamienne, le Kim Van Kiều, chef d'oeuvre inégalé de la poésie Vietnamienne composé dans les 1éres années du 19 éme siécle par Nguyễn Du (1765-1820), comporte 3 254 vers. Qualifié comme le "Miroir de l'Ame Vietnamienne" il symbolise pour les Vietnamiens le coeur et l'esprit de leur pays. Il n'est pas de Vietnamiens qui ne connaissent quelques vers, d'ailleurs de nos jours il est toujours étudié dans les écoles. L'amour qu'on lui porte est tel que certaines personnes y cherchent leur avenir - Elles ouvrent le volume au hasard et le 1er passage qui s'offre à leur yeux fournit leur horoscope.

Né dans le village de Nghi Xuan, province de Ha Tinh, au sein d'une famille de lettré et de mandarins Nguyễn Du occupa sous le règne de Gia Long les charges de grand chancelier puis ambassadeur en Chine avant de se retirer pour se consacrer à la littérature.


Inspiré d'un roman Chinois assez insipide du 16éme siècle, le Kim Van Kiều relate les aventures de deux jeunes gens épris l'un de l'autre, mais que de cruelles circonstances séparent pendant 15 ans. La jeune fiancé contraint à se vendre pour sauver ses parents car la piété filiale passe avant l'amour. Après une vie d'aventure mélé souffrances et d'humiliation, Kiều est sauvé par une religieuse et retrouve  Kim qui est maintenant marié à sa soeur Van à qui elle avait demandé jadis de la remplacer. Kieu vivra en ami aupres du couple.

Toute sa vie Nguyễn Du fut hanté par le remord d'avoir été infidèle envers la dynastie déchu. C'est dit on le drame intérieur qu'il à dit on transposé dans le Kieu. Mais ce roman doit sa célébrité à la profondeur des réflexions sur la destinée humaine, la vie, la guerre, l'amour ainsi que la pureté de l'âme...


Voici un extrait de cette oeuvre classique traduite en français :

Un vieux manuscrit, feuilleté à la clarté de la lampe
Des temps anciens, nous raconte cette histoire d'amour: Sous l'empereur Gia Tmh, dynastie Minh,

Calmes étaient les frontières, bien assises les deux capitales; Lors vivait l'honorable Vuong, de moyenne fortune.
Le fils héritier Quan, cadet de la famille, étudiait, Continuant une longue lignée de lettrés.
Deux sœurs le précédaient, Thuy Kiêu, Thuy Vân,
Grâce du prunier en fleur, candeur de la neige;
Belles elles étaient, chacune de sa beauté propre;
Toutes deux belles à perfection:
Vân digne, épanouie telle la lune dans ses plus beaux jours, Avait le sourire de fleurs, une voix de cristal;
Les nuages n'avaient la splendeur de ses cheveux,
La neige la pureté de son teint.
Kiêu, l'aînée, d'une beauté plus incisive,
Supérieure en grâce, en talent, évoquait
Par son regard les reflets des lacs en automne,
Par ses sourcils la parure des bois au printemps;
Les fleurs en pâlissaient de jalousie

Le saule pleurait de n'avoir son élégance
Belle elle était, comme dans la légende
A renverser citadelles et cités.


Accablée par sa peine d'amour et le malheur de sa famille
Sous la véranda garnie de fleurs elle s'avança,
Chaque pas lui coûtait un torrent de larmes,
Fleur sous la pluie, battue par le vent, outragée par la rosée
E/le avait honte à regarder les fleurs;
La glace lui renvoyait l'image de son opprobre.
L'entremetteuse lui prit la main, caressa ses beaux cheveux.
Le visage de Kiêu n'était plus qu'un chrysanthème flétri,
Sa démarche était brisée, un prunier abattu.
On soupesa ses talents, marchanda ses charmes,
E/le dut jouer de la guitare, improviser des vers.
L'homme trouva la marchandise à son goût, savoureuse, épicée,
Le maquignonnage commença.


Partager cet article

Published by HongTuyet - dans Cinema - Litterature
commenter cet article
Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -